Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 03:54

                        Dimanche après-midi chez Bebert J.......016

 

Le Dimanche après-midi , mon père et moi partions de la barrière pour rendre visite a notre voisin M Albert J...


En fait , mon père venait avec une bonne bouteille de vin rouge . Il faisait le barbier auprès de cet ancien poilu de 1914 , âgé de 82 ans  à  cette époque

Cette visite était un cérémonial , avant le rasage et en préliminaire , mon père et Bebert J...discutaient un petit moment en buvant un verre

Le rasage s'effectuait , puis la tâche terminée , Monsieur J... racontait ses souvenirs de la grande guerre . En parlant il buvait pratiquement le reste de la bouteille , mon père ne buvant que très peu , un excès lui donnant de fortes migraines.

A ce moment j'avais sept ans et lui quatre vingt deux ans , puisque nous sommes nés le même jour , le 10 avril à soixante quinze ans d'intervalle.

Par son attitude , ce monsieur a aiguisé ma curiosité pour l'histoire et la géographie au travers de son destin et il ne l'a jamais su.

Jean-Claude  V...

Partager cet article

Repost0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 05:13

                                Un comité d'accueil musclé

Si vous regardez le pont depuis l'abreuvoir , vous voyez l'existence d'une petite marche a l'extérieur du parapet.

005-copie-10

 

 

Il était de tradition que les jeunes garçons et filles de quinze à vingt ans viennent se retrouver auprès du pont.   Ils se racontaient des histoires en passant un bon moment entre eux.

Il arrivait que pour impressionner son auditoire un jeune garçon marchait à l'extérieur du pont en se maintenant sur le dessus du parapet.

Agé de sept ans ,j'ai voulu imiter ces grands, je me lançait a l'extérieur du pont en marchant sur la petite corniche,les yeux face au parapet et les bras levés , se raccrochant au dessus du pont.

La traversée se passa sans encombres,mais à l'arrivée , mon petit bras droit fut saisi fermement par une main de femme qui m'attira brutalement sous son aisselle pour mon donner une sérieuse fessée de l'autre main.

Ce fut la façon de maman pour m'expliquer que j'étais encore trop jeune pour tenter de telles aventures

Jean-Claude  V...

Partager cet article

Repost0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 05:04

006-copie-8                            Le sauvetage de Madame V...

Madame V... était notre voisine la plus proche . Tout les matins , elle se levait de bonne heure , ses portes et ses fenêtres étaient ouvertes.

Un jour, cependant, nous constations que sa maison était close sans raison connue.

Ma mère ne s'expliquant pas la situation : finit par comprendre.

Elle me demanda d'enjamber la clôture qui séparait la planche de fraisiers , du jardin de cette dame afin de tenter d'ouvrir sa porte.

En deux temps trois mouvements , je parvenait à ouvrir cette porte .

Quelle ne fut pas ma surprise , un choc , de voir cette vieille dame couchée au pied de son lit , incapable de faire un mouvement.

Les pompiers sont intervenus pour transporter notre mamie à l'hôpital.

Elle s'était fracturée le col du fémur.

Lorsque je pense à ce souvenir et que je le raconte , j'avoue avoir une petite pointe de fierté pour avoir aidé cette gentille dame.

 

Jean-.Claude  V...

Partager cet article

Repost0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 04:45

                             Un vélo en cadeau d'anniversaire

 

Pour ses dix , onze ou douze ans , mon frère G... reçut une bicyclette de garçonnet de cet âge .

Il apprit les arcanes de l'équilibre sur la route de Flacy , à partir du pont.

002-copie-7


A plusieurs enfants nous courrions tantôt à ses cotes , tantôt derrière lui.

Très rapidement et au fil des jours , sa tenue de route s'améliorait grandement et il commençait à s'accorder quelques libertés avec les règles de sécurité . Il zigzaguait d'un bord à l'autre de la route jusqu'au moment ou le guidon lui échappait des mains pour se bloquer en le projetant brutalement sur l'accotement où poussait des ronces et des orties.

Dans des hurlements de douleurs , il réussit à s'extraire de l'endroit.

Le retour à la maison se fit rapidement et dans les pleurs. Nous ne pouvions que compatir !.

Maman sortit les ingrédients de secours utiles ( alcool, pansements , mercurochrome ...) et soigna généreusement son rejeton.

Puis la fin de la journée fut studieuse et calme pour tout le monde

Jean-Claude  V...

Partager cet article

Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 05:46

001-copie-11                                  L'avantage d'avoir un grand frère

A l'époque ou aucune maison n'était construite au -delà du pont , il arrivait qu'à la fin de l'hiver ou au début du printemps, la Vanne débordait légèrement ou bien rendait humides les parcelles situées en bordure.

  C'était le cas de la parcelle de peupliers qui se trouvait face à la route , au delà du pont . Un petit chemin permettait d'accéder à cette plantation.

A quatre enfants ,nous souhaitions emprunter ce passage qui à ce moment , comportait des passages humides .Ne reculant devant rien , nous fùmes confrontés à un ruissellement d'un mètre cinquante environ de largeur qui nous interdisait le franchissement .Nous voulions traverser sans nous mouiller les pieds !

Un conciliabule s'instaure entre les quatre larrons pour trouver la méthode adéquate.

Finalement , nous convenons que nous allons tenter de sauter au dessus de l'obstacle , mais nous décidons que mon frère G... le plus grand d'entre nous , tenterait le premier passage et que s'il réussissait , nous ferions de même.

G... prends son élan , saute et retombe les deux pieds dans l'eau . Sandales , chaussettes et pieds mouillés "il fallait rentrer se sécher"

A cet instant , nous renonçons à notre projet.

Maman nous fit un accueil fort chaleureux à coups de réprimandes , en grondant son fils aîné.

Elle le sécha , changeât l'enfant malheureux en lui disant  : << Tu n'en loupe pas une , tu ne peux pas faire comme ton petit frère , qui lui ne fait pas de bêtises  >>

A ce moment là , je ne savais plus où me mettre , quel  comportement à adopter vis-à-vis de mon frère , car je me sentais grandement coupable de l'avoir incité  à effectuer ce grand saut et de ne pouvoir être maintenant solidaire comme j'aurais souhaité l'être .              

Jean-Claude  V...

Partager cet article

Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 04:38

                           La Batteuse a la ferme des G..........

"L'arrivée de la batteuse dans les fermes" était une fête pour le village

Les adultes s'entraidaient pour l'occasion. Chacun avait sa place , qui aux bottes , qui aux sacs, qui aux ballots . Cette batteuse répandait une énorme poussière aux alentours.

Tout d'abord , il convenait d'aligner le " société Française " un gros tracteur fabriqué  à VIERZON.  Qui fonctionnait au gas- oil, il fallait le chauffer longuement avant le démarrage.

Ce tracteur muni d'une grosse poulie  entraînait les courroies  qui actionnaient tout le système.

La poussière , le bruit assourdissant , rendaient le travail difficile , mais tout le monde était de bonne humeur.

Enfants , nous avions la charge de distribuer le rafraîchissement des acteurs , nous transportions les bouteilles de cidre et les verres .

Le bruit nous obligeait souvent  à communiquer par gestes et signes pour savoir qui voulait boire dans cet espace de poussières.

Le soir, une chaleureuse ambiance clôturait la journée.

 

img 101040

  la batteuse dans une ferme a Bagneaux

 

 

 

Jean-Claude  V...

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 05:42

                                       

     Des cloches de Pâques au père Noël

 

La fin de la grande illusion est arrivée le midi du jour de Pâques 1956.

 

Durant la semaine sainte , j'avais remarqué qu'un gros paquet d'oeuf de Pâques, était dissimulé  derrière le poste de TSF situé lui même en hauteur ,sur son support

Immédiatement je fis une relation entre ces confiseries et le retour des cloches prévu le dimanche suivant .

Je décidais de n'en parler a personne, mais je serais vigilant . Je venais d'avoir mes six ans.

Le dimanche matin , mon père travaillait avec nous dans son jardin ou nous avions notre petit carré muni de petits châssis, comme ceux de notre papa.

Bizarrement , maman avait programmé ce même jour , de faire sa lessive au lavoir, un jour de fête ??

Nous jardinions tranquillement , quand a midi moins le quart.. papa nous proposa de nous arrêter et de nous laver , les mains et les bras avant de manger .

Comme a accoutumée , il remplissait une grande cuvette d'eau qu'il disposait a cinq mètres environ devant la porte de la maison et là, nous nous lavions.

004-copie-6

Soudainement , les mains propres , papa s'échappe rapidement.. Il sortit de l'habitation en dissimulant quelque chose , il se dirigeait derrière la maison.

Il était midi,les cloches se mirent a sonner027

Je fis un signe a mon frère G. pour qu'il me suive immédiatement et sans bruit , ce qu'il fit

nous arrivons derrière la maison et là , je vous laisse imaginer le spectacle : un papa jardinier qui sème des oeufs de Pâques.

Les deux enfants en coeur lui demande : "qu'est ce que tu fais papa ?".

Imaginez l'effet de surprise et la tête du papa pris la main dans le sac , qui nous dit pour se justifier :       " c'est pour votre soeur , il ne faut rien dire ! ".

A ce moment nous entendîmes le bruit de la brouette de maman et notre soeur J. qui sur le pont , 002-copie-7revenait du lavoir

Le repas fut marqué par des regards complices , entre papa , maman et mon frère G .... Des regards interrogateurs , des sourires de connivence , enfin une ambiance particulière , alors que la petite J...restait hors du secret .

Mon père avait du concéder que les cloches de Pâques et le père Noël ne constituaient qu'une seule personne représentée par les adultes.

Un mythe venait de mourir pour mon frère et moi , mais il dura encore quelques temps pour notre petite soeur .

"Nous venions d'entrer dans le monde des adultes , ou ne nous rêverions plus comme avant"

Jean-Claude  V...

Partager cet article

Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 05:42

               Conflits d'intérêts entre deux ramasseurs de crottes

 

Cette petite anecdote tire son origine dans l'incompréhension entre deux personnes : madame A... et mon frère G...

Cette lutte naîtra de l'absence de réponse de madame A... au bonjour de mon frère G...qui ne supportait pas cette incorrection.

D'une part , nous vivions une époque ou la politesse était une vertu sacrée . Omettre de saluer monsieur ou madame Untel , était fort remarqué et inévitablement répétés aux parents ou à la maîtresse d'école qui ne toléraient aucune incartade . Ces manques étaient sanctionnés.

D'autre part,dans ce temps là nous ne faisions pas cas de l'écologie, mais nous utilisions les cadeaux de la nature par améliorer le rendement du jardin , nous faisions bio.

A cette époque , les fermiers menaient leur troupeau de vaches à l'abreuvoirKGrHqFlkE4lrfVIMBOShFVGRw48 12 et les chevaux img 101037empruntaient la route pour rejoindre les champs . Ces animaux projetaient des déjections sur la route qui étaient réutilisés comme engrais naturel dans les jardins . Nous étions écologistes avant l'heure.

Or , madame A... qui demeurait au coin de la rue ,016-copie-3 était une personne cyclothymique qui ne répondait que très épisodiquement à nos saluts. Cette situation avait le don d'exaspérer au plus haut point mon grand frère G...

En représailles, il lui arrivait de guetter le passage des animaux et alors par malice , il me disait " dépêches-toi , on prend le seau et la raclette , ça lui apprendra la politesse " et nous courrions récupérer les excréments que nous déposions sur le tas de fumier au fond du jardin.

Puis nous guettions la réaction de madame A... qui enrageait .Elle ne se doutait pas que si elle avait répondu poliment et gentiment à deux enfants , elle aurait eu le bénéfice de tous les passages d'animaux.

Tels étaient les plaisirs des garnements que nous étions.

 

 

 

 

Jean-Claude V...

Partager cet article

Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 23:57

                                   SCENE DE VIE A BAGNEAUX

  Mariage de Albert Auguste COLLOT et Aline Adelaide Caroline LIEBAULT

                                                       le 8 janvier 1895

  EN HAUT A DROITE Alexandre André MOREAU (  source son arrière petite fille Agnes)

027

 

 

 

témoins du mariage : Auguste COLLOT et  Alexandre André  MOREAU 

 contrat de mariage

 

                              Auguste albert COLLOT et Aline Adelaide  Caroline LIEBAULT

 

  005-copie-3.jpg

  006-copie-4.jpg

007-copie-3.jpg

 

 

 

008-copie-3.jpg

 

 

photo  et documents: famille LECOURTIER-COLLOT

Partager cet article

Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 13:00

           EMPLACEMENTS  RESERVES 

                             AUX  AMIS D'ENFANCE                                     

                             POUR

 

        DES PAGES D'ANECDOTES ET DE SOUVENIRS

               

                       SUR LA VIE A BAGNEAUX

 

       A SUIVRE   PROCHAINEMENT LES PETITES HISTOIRES  DE DEUX JEUNES ENFANTS DE  BAGNEAUX 

                                                        RACONTEES PAR JEAN-CLAUDE V........

 

                                                                   

 


 

 

 

 

 

014-copie-3013-copie-3020-copie-1

 

006014005

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de bagneauxlavalleedelavanne
  • : mes souvenirs de vacances dans ce petit village de l'Yonne --- la ferme de mes grands parents,ses activités, ses odeurs, la vie et l'histoire de la commune, l'heureuse insouciance de mon enfance.. j'aimerais grace à ce blog vous les faire partager et faire connaitre ce beau village.
  • Contact

Profil

  • Bagneaux-la-vallee-de-la-Vanne(Michel LECOURTIER)
  • passionné de généalogie , je dépouille pour les relevés collaboratifs geneanet ( bms et archives en ligne , de bagneaux depuis 1676 )
je m'intéresse également à diverses collections 
(philatélie. cpa. lettres, documents anciens,actes notar
  • passionné de généalogie , je dépouille pour les relevés collaboratifs geneanet ( bms et archives en ligne , de bagneaux depuis 1676 ) je m'intéresse également à diverses collections (philatélie. cpa. lettres, documents anciens,actes notar

Texte Libre

 

018-copie-2

 

MERCI DE VOTRE VISITE

  N'HESITEZ PAS A ME LAISSER  VOS COMMENTAIRES

  001-copie-11

vous pouvez egalement participer à ce blog

en y publiant,vos articles, vos photos ,documents ou autres

Recherche

Archives