Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 01:56

 

 

                                  La vie du rail à Bagneaux en 1958

A cette date, une seule ligne de chemin de fer existait pour assurer le  trafic de marchandises entre Sens et Troyes.

Une locomotive à vapeur du type << pacifique >> assurait la liaison le matin dans la direction de  Troyes- Sens et dans le sens inverse, l'après-midi.

Les gardes-barrière devait avertir à l'aide d'un téléphone de service rudimentaire ( le portable n'existait pas) la gare suivante de l'avancée du convoi. Vulaines prévenait Bagneaux qui à son tour avertissait Villeneuve l'archevêque.

La préposée poussait les barrières à roulettes au travers de la route afin d'interrompre le trafic.

La fermeture avait lieu le matin à 9 heures 45 et l'apres midi à 14 heures 45.

la fermeture ne durait pas plus d'un quart d'heure.

Lorsque nous n'avions pas école , nous assistions notre mère. Il nous arrivait de tenir le portillon aux cyclistes ou aux personnes en velo à moteur pour les aider à traverser dans l'attente du train. En récompense, certains nous offraient des buvards, notamment par exemple : de l'assurance << La Sequanaise >>.

Lors du passage du train, nous échangions de grands signes de bras avec les chauffeurs de la locomotive; Un grand bruit , des tremblements importants secouaient la maison et une odeur acre de fumée nous envahissait.

Le passage effectué, nous nous dépêchions d'ouvrir rapidement les barrières et dans l'attente d'un prochain passage , la vie reprenait son cours

 

 

  Jean-Claude V.......

  010                                        006                            008

 

 

 la gare de Vulaines                                        la gare de Bagneaux                       la gare de Villeneuve l'archevêque 

 

 

 

 

001-copie-10

 

 

vue aérienne de la gare de Villeneuve l'archevêque

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 04:54

 

LES HISTOIRES QUI VONT SUIVRENT RELATENT LES PETITES TURPITUDES DE DEUX ENFANTS QUI  S'INITIENT A LA VIE

 

                              ELLES SONT DEDIEES A MES ENFANTS , PETITS ENFANTS, AINSI QU'A GERALDINE MA NIECE, QUI NE CONNAIT PAS L'ENFANCE DE SON PAPA

                                                          ainsi qu'à tous mes amis d'enfance qui se reconnaîtront a la lecture de ces pages

 Petites histoires pour rappeler à chaque génération "que tout le monde a fait des petites bêtises "et qu'il est important de s'en souvenir

                                                          Jean-Claude  V....

020-copie-1

 

002-copie-7

005-copie-10

006-copie-8

 

 

 

                                         Pour le lecteur

Ma famille est composée de

 

- Papa,

- Maman,

- Gilbert mon aîné de trois ans et demi

- moi même , Jean-Claude

- Jocelyne ma cadette de un an et demi

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 05:44

                                               La planche de fraisiers

L'un des premiers souvenir de ma vie.

J'avais quatre ans et nous habitions le presbytère, lieu de mes premiers souvenirs066

Le corps de bâtiment comportait deux logements mitoyens qui abritaient deux ménages

Monsieur G... septuagénaire habitant seul , et notre famille

Au fond de la cour et face a l'entrée se trouvait un verger composé de pruniers aux fruits excellents (mirabelles ,ste catherine, questch...) , des arbres qui existent toujours.

Derrière la maison, se trouvaient les jardins potagers , celui de monsieur G... et le notre.

Chacun des jardins disposait d'une planche de fraisiers  dont mon père faisait régulièrement le tour pour en chasser les mauvaises herbes.

Dans ces moments, il me prenait la main et j'écoutais ses commentaires, il m'expliquait comment les fraises mûrissaient , comment on devait la cueillir, comment l'essuyer et enfin comment la manger.

Conclusion : Papa m'autorisait donc a manger les fraises de notre jardin !

Après cette initiation, je me sentis en mesure de roder dans la parcelle et de choisir les fraise mures. J'appliquais donc les consignes , jusqu'à ce que le trésor se tarisse.

A ce moment , je commençais a voir la planche rutilante du voisin avec un nouveau regard.

Ce qui devait se passer , advint.

"Inévitablement" et fortement tenté , je franchis le Rubicon.

"tel la nuée de merle".

et en quelques temps , la planche de monsieur G...fut nettoyée des plus belles fraises.

Lorsque notre voisin se rendit compte du désastre , il apostropha vigoureusement mon père concernant le prélèvement frugal indu sur sa parcelle . il lui expliquait mes méfaits et lui demandait que cela cesse et une surveillance accrue de sa progéniture.

Mon père m'expliqua donc gentiment les limites de notre domaine et me donna mes premières leçons de droit civil .En effet à quatre ans je ne possédais pas encore parfaitement les notions relatives a la propriété privée.

Jean-Claude  V.....

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 05:14

                               Les ricochets sur le lit de la Vanne

  KGrHqFlkE4lrfVIMBOShFVGRw48 12

                          Au pied du pont ,à l'abreuvoir , face à la riviere

                                                                 Quatre enfants de sept à dix ans

"Lancent des pierres plates pour faire des ricochets"

 Ils s'agit de Gilbert.. mon frère , deux garçons de Flacy : Serge R.. fils du coiffeur et Jean-Claude L.. un autre enfant et moi-même

tout se passe normalement :

Au dessus sur la route, plus exactement sur le pont , passe une personne mal intentionnée ,à bord d'un véhicule de marque "frégate".

Cette personne a observé notre jeu et décide de mettre à profil cette activité.

Notre individu fait demi tour et vient s'arrêter à hauteur du passage à niveau pour demander à mon père le paiement d'un phare de son véhicule que nous aurions endommagé lors de son passage.

Mon père avec sa voix des mauvais jours nous appelle : " Gillbeeerrttt .jeeaan-Ccclaude ".

A ces cris connaissant les réactions paternelles nous savions que nos explications seraient vaines et nous comprenons qu'il est urgent d'attendre et de nous diriger dans un endroit plus calme situé dans le sens opposé a l'appel.

Sans plus d'explications que celles de l'individu, mon père paya 56 francs pour la réparation.

Donc "aux doux appels " de mon père, nous nous sommes d'abord cachés à deux, derrière un volet de la fenêtre donnant sur la porte de la cave , cette cachette souffrant de promiscuité , quelques instants plus tard , nous nous enfuyions sur les bords de la voie de chemin de fer en direction de Maupas.018

Toute cavale a une fin , nous rentrions à 18 heures pour recevoir cette fessée mémorable, injuste et tant attendue , prévision qui évidemment se réalisa .Je fais appel à ceux qui ont connu mon père pour témoigner de l'importance de ses mains et je vous laisse imaginer les effets sur nos petites fesses.

Pour en revenir à l'incident, je dois vous dire que cette accusation ne tient pas , si l'on considère que pour briser cet optique de phare, il eut fallu que notre jet de pierre soit dirigé soixante degrés en hauteur "alors que nous effectuions des tirs rasants" et trente degrés  à gauche , pour pouvoir franchir le pont et atterrir sur ce véhicule.

Comme à l'habitude , nous ne pouvions  nous expliquer et ce ne fut que quelques mois plus tard que fut admis la possibilité , que peut-être nous soyons innocents , mais le doute subsistait.

L'irréparable était fait, mon frère et moi admettions que cette fessée compenserait nos turpitudes futures , qui elles ne seraient pas découvertes.


Jean-Claude  V...


Partager cet article

Repost0
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 04:45

                                   Le contrat de journal

                                                       " ou tel est pris , qui croyaient prendre"

 

 

Madame V... , notre voisine et mes parents avaient conclu un marché concernant l'achat et la lecture du journal . Chacun des foyers  réglerait le prix du journal , une semaine sur deux .  A charge des enfants G... et JC ... d'aller le chercher entre midi et deux heures chez le dépositaire : le café de Flacy .Ce commerce se situait au carrefour de l'Église, face  à l'École et la mairie "aujourd'hui ce bâtiment a été rasé"

Une contrepartie de taille incitait nos deux coquins à participer : Madame V... , rendait le journal plié avec trois petits gâteaux " petits beurre" à l'intérieur.

Un pour G... un pour JC..., un pour J..., pour assurer la commission, il n'y avait pas de traînards ,mais des gourmands.

Donc , après le repas du déjeuner , les deux gamins se rendaient  à Flacy avant de regagner l'école.

Tout se passait bien , jusqu'au jour ou plusieurs garnements de Flacy ( peut-être une petite dizaine ) décidèrent de nous bloquer le passage du retour.

 " Nous vous interdisons de passer  , vous serez en retard à l'ecole et vous serez  punis ! ."

G... envisageait déjà le passage en force , mais à deux contre une petite dizaine , il fallait réfléchir .Je lui suggérais de faire profil bas , de les agacer de façon à leur faire croire que nous entrions dans leur jeu

Tout en faisant semblant de tenter le passage , j'expliquais à G... , qu'un petit chemin menait sur la rue parallèle et que s'ils ne faisaient pas barrage à hauteur de l'église, nous pourrions nous échapper.

Nous tentions plusieurs fois de forcer le barrage avant de nous éclipser par le chemin convenu.

 

002-copie-2

 

  Nous galopions pour rattraper le temps perdu . Enfin , nous arrivions dans la cour de l'école à deux heures moins dix , dans un état de transpiration que nous n'avons pu cacher  à notre Maîtresse Mme D... qui s'en inquiétait ? .

026

Quelques semaines plus tard , nous rencontrions à nouveau des garnements de Flacy qui nous expliquaient , qu'ils nous avaient attendu jusqu'a trois heures mois dix avant de rentrer en classe , et qu'ils avaient été  punis.

Jean-Claude  V...

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 03:54

                        Dimanche après-midi chez Bebert J.......016

 

Le Dimanche après-midi , mon père et moi partions de la barrière pour rendre visite a notre voisin M Albert J...


En fait , mon père venait avec une bonne bouteille de vin rouge . Il faisait le barbier auprès de cet ancien poilu de 1914 , âgé de 82 ans  à  cette époque

Cette visite était un cérémonial , avant le rasage et en préliminaire , mon père et Bebert J...discutaient un petit moment en buvant un verre

Le rasage s'effectuait , puis la tâche terminée , Monsieur J... racontait ses souvenirs de la grande guerre . En parlant il buvait pratiquement le reste de la bouteille , mon père ne buvant que très peu , un excès lui donnant de fortes migraines.

A ce moment j'avais sept ans et lui quatre vingt deux ans , puisque nous sommes nés le même jour , le 10 avril à soixante quinze ans d'intervalle.

Par son attitude , ce monsieur a aiguisé ma curiosité pour l'histoire et la géographie au travers de son destin et il ne l'a jamais su.

Jean-Claude  V...

Partager cet article

Repost0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 05:13

                                Un comité d'accueil musclé

Si vous regardez le pont depuis l'abreuvoir , vous voyez l'existence d'une petite marche a l'extérieur du parapet.

005-copie-10

 

 

Il était de tradition que les jeunes garçons et filles de quinze à vingt ans viennent se retrouver auprès du pont.   Ils se racontaient des histoires en passant un bon moment entre eux.

Il arrivait que pour impressionner son auditoire un jeune garçon marchait à l'extérieur du pont en se maintenant sur le dessus du parapet.

Agé de sept ans ,j'ai voulu imiter ces grands, je me lançait a l'extérieur du pont en marchant sur la petite corniche,les yeux face au parapet et les bras levés , se raccrochant au dessus du pont.

La traversée se passa sans encombres,mais à l'arrivée , mon petit bras droit fut saisi fermement par une main de femme qui m'attira brutalement sous son aisselle pour mon donner une sérieuse fessée de l'autre main.

Ce fut la façon de maman pour m'expliquer que j'étais encore trop jeune pour tenter de telles aventures

Jean-Claude  V...

Partager cet article

Repost0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 05:04

006-copie-8                            Le sauvetage de Madame V...

Madame V... était notre voisine la plus proche . Tout les matins , elle se levait de bonne heure , ses portes et ses fenêtres étaient ouvertes.

Un jour, cependant, nous constations que sa maison était close sans raison connue.

Ma mère ne s'expliquant pas la situation : finit par comprendre.

Elle me demanda d'enjamber la clôture qui séparait la planche de fraisiers , du jardin de cette dame afin de tenter d'ouvrir sa porte.

En deux temps trois mouvements , je parvenait à ouvrir cette porte .

Quelle ne fut pas ma surprise , un choc , de voir cette vieille dame couchée au pied de son lit , incapable de faire un mouvement.

Les pompiers sont intervenus pour transporter notre mamie à l'hôpital.

Elle s'était fracturée le col du fémur.

Lorsque je pense à ce souvenir et que je le raconte , j'avoue avoir une petite pointe de fierté pour avoir aidé cette gentille dame.

 

Jean-.Claude  V...

Partager cet article

Repost0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 04:45

                             Un vélo en cadeau d'anniversaire

 

Pour ses dix , onze ou douze ans , mon frère G... reçut une bicyclette de garçonnet de cet âge .

Il apprit les arcanes de l'équilibre sur la route de Flacy , à partir du pont.

002-copie-7


A plusieurs enfants nous courrions tantôt à ses cotes , tantôt derrière lui.

Très rapidement et au fil des jours , sa tenue de route s'améliorait grandement et il commençait à s'accorder quelques libertés avec les règles de sécurité . Il zigzaguait d'un bord à l'autre de la route jusqu'au moment ou le guidon lui échappait des mains pour se bloquer en le projetant brutalement sur l'accotement où poussait des ronces et des orties.

Dans des hurlements de douleurs , il réussit à s'extraire de l'endroit.

Le retour à la maison se fit rapidement et dans les pleurs. Nous ne pouvions que compatir !.

Maman sortit les ingrédients de secours utiles ( alcool, pansements , mercurochrome ...) et soigna généreusement son rejeton.

Puis la fin de la journée fut studieuse et calme pour tout le monde

Jean-Claude  V...

Partager cet article

Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 05:46

001-copie-11                                  L'avantage d'avoir un grand frère

A l'époque ou aucune maison n'était construite au -delà du pont , il arrivait qu'à la fin de l'hiver ou au début du printemps, la Vanne débordait légèrement ou bien rendait humides les parcelles situées en bordure.

  C'était le cas de la parcelle de peupliers qui se trouvait face à la route , au delà du pont . Un petit chemin permettait d'accéder à cette plantation.

A quatre enfants ,nous souhaitions emprunter ce passage qui à ce moment , comportait des passages humides .Ne reculant devant rien , nous fùmes confrontés à un ruissellement d'un mètre cinquante environ de largeur qui nous interdisait le franchissement .Nous voulions traverser sans nous mouiller les pieds !

Un conciliabule s'instaure entre les quatre larrons pour trouver la méthode adéquate.

Finalement , nous convenons que nous allons tenter de sauter au dessus de l'obstacle , mais nous décidons que mon frère G... le plus grand d'entre nous , tenterait le premier passage et que s'il réussissait , nous ferions de même.

G... prends son élan , saute et retombe les deux pieds dans l'eau . Sandales , chaussettes et pieds mouillés "il fallait rentrer se sécher"

A cet instant , nous renonçons à notre projet.

Maman nous fit un accueil fort chaleureux à coups de réprimandes , en grondant son fils aîné.

Elle le sécha , changeât l'enfant malheureux en lui disant  : << Tu n'en loupe pas une , tu ne peux pas faire comme ton petit frère , qui lui ne fait pas de bêtises  >>

A ce moment là , je ne savais plus où me mettre , quel  comportement à adopter vis-à-vis de mon frère , car je me sentais grandement coupable de l'avoir incité  à effectuer ce grand saut et de ne pouvoir être maintenant solidaire comme j'aurais souhaité l'être .              

Jean-Claude  V...

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de bagneauxlavalleedelavanne
  • : mes souvenirs de vacances dans ce petit village de l'Yonne --- la ferme de mes grands parents,ses activités, ses odeurs, la vie et l'histoire de la commune, l'heureuse insouciance de mon enfance.. j'aimerais grace à ce blog vous les faire partager et faire connaitre ce beau village.
  • Contact

Profil

  • Bagneaux-la-vallee-de-la-Vanne(Michel LECOURTIER)
  • passionné de généalogie , je dépouille pour les relevés collaboratifs geneanet ( bms et archives en ligne , de bagneaux depuis 1676 )
je m'intéresse également à diverses collections 
(philatélie. cpa. lettres, documents anciens,actes notar
  • passionné de généalogie , je dépouille pour les relevés collaboratifs geneanet ( bms et archives en ligne , de bagneaux depuis 1676 ) je m'intéresse également à diverses collections (philatélie. cpa. lettres, documents anciens,actes notar

Texte Libre

 

018-copie-2

 

MERCI DE VOTRE VISITE

  N'HESITEZ PAS A ME LAISSER  VOS COMMENTAIRES

  001-copie-11

vous pouvez egalement participer à ce blog

en y publiant,vos articles, vos photos ,documents ou autres

Recherche

Archives